lundi 7 novembre 2016

[Rencontre avec les DAM] Caroline, des Babyllages de Caroline

Après l'ouverture de ce blog, qui fait bientôt figure d'antiquité poussiéreuse, (bientôt 6 ans héééé bééé), j'ai pu constater que d'autres mamans du Mans ont fait leur entrée en bloguie, et c'était plutôt une bonne nouvelle. Qu'elles soient proches ou pas du monde de la parentalité, que leur propos soit plutôt la maternité au naturel ou les tranches de vie avec leurs marmots, c'est aujourd'hui une palette assez variée que nous avons vu regrouper sous le label des "DAM", les Digitales Ambassadrices du Mans, qui s'est formé l'an dernier.
Le jour de cette inauguration, j'ai pu rencontrer l'adorable Caroline, maman de 2 enfants et presque 3 à l'époque, et aussi d'un blog qui faisait encore ses premiers pas, Les Babyllages de Caroline.

Son blog s'inscrit dans la catégorie "lifestyle", qui a priori ne veut pas dire grand chose, mais pour résumer, Caroline y rapporte ses coups de coeur déco, bouquins, vêtements, jeux, voyages, et y publie ses billets d'humeur.
C'est en novembre 2014 qu'elle met en ligne son premier post "My wonderful vélo", déclaration d'amour à son joli biclou. Après une brillante carrière en tant que manager d'audit financier, et deux enfants, elle a effectué un virage important puisque de business woman, elle est devenue maman au foyer, s'occupant à 150% de ses enfants.
Un job- croyez-moi, j'en connais un rayon- tout aussi prenant et éreintant que la finance, même si je n'y connais rien du tout.
En emménageant au Mans suite à la naissance de son deuxième bébé, elle a vite ressenti le besoin de réaliser son propre blog, après avoir écumé les blogs de mamans qui florissaient à cette époque.
En se motivant avec une autre copine, elle s'est lancée, aidée pour le design par son informaticien de mari, et c'était parti. Petit à petit, les thèmes se précisent, la section "mode" qu'elle pensait aborder régulièrement laisse la place à des articles sur d'autres thèmes, elle évoque les activités qu'elle teste au Mans avec ses loupiots, (où il nous arrive de nous retrouver!), et revient sur son changement de vie, sur la conciliation vie pro/perso....Des articles qui ont vite trouvé leur public.
 Aujourd'hui Caroline continue d'agrémenter son blog au fil de ses découvertes et de ses réflexions sur la parentalité. Elle partage notamment avec nous son introduction à l'éducation positive grâce à un atelier qu'elle a suivi ses derniers mois, ici.
Car depuis l'ouverture de son blog, celui-ci lui a permis d'aller vers de nouvelles perspectives et d'aborder des thématiques qui ne l'interpellaient pas il y a quelques années.
Et ce fut aussi l'occasion de rencontres assez exceptionnelles, comme en mars dernier au ministère des droits des Femmes avec un groupe de blogueuses mené par notre DAM en chef Marlène Schiappa afin d'évoquer un nouveau réseau d'entraide entre parents, ou d'une discussion avec Emmanuel Macron il y a quelques semaines sur les problématiques des mères aujourd'hui, avec l'asso
Au ministère avec Mélanie, digitale ambassadrice elle aussi!
Maman Travaille.
Et après l'arrivée de son troisième bout de chou, Caroline entame un nouveau virage professionnel, puisqu'elle reprend activement des études de décoration par correspondance, qu'elle a entamées pendant la grossesse du petit dernier.
Encore de nouvelles aventures à partager avec nous sur son blog!

Des bons conseils, un ton sympathique et sans prétention, une réflexion intéressante sur l'éducation ou les choix des mères actives, bref, un blog à découvrir que je vous recommande chaudement!



http://lesbabyllagesdecaroline.com/


lundi 24 octobre 2016

Du bio dans ma salle de de bain



Depuis que mes enfants sont bébés, je regarde à deux fois la composition des produits que je leur administre. Imaginer que les produits cosmétique passent dans le sang, de par le contact avec la peau refroidit un peu quand on réalise que la plupart des produits développés pour les petits étaient jusque là bourrés de saletés, selon une récente étude qui a fait beaucoup de bruit. Mais d'instinct, j'ai eu envie que leur petite peau toute douce profite du meilleur, et si possible de produits aussi naturels que possibles et sans ajouts de substances non identifiées.


Mamaime

C'est pourquoi je me suis tournée vers les produits bio Weleda à la naissance du petit deuxième. Une odeur assez peu prononcée mais qui ne fait pas justement "produit pour bébé qui sent bon" exprès, juste l'odeur du calendula assez discrète mais pas désagréable. Le parfum de la crème lavante est maintenant associé à jamais avec le séjour à la maternité...
Ceux-ci ont aussi l'avantage d'être trouvables assez facilement, en pharmacie, parapharmacie ou Biocoop, ils sont assez largement distribués.
La gamme plus récente à la mauve blanche, pour le change ou pour la peau sèche et sensible, est particulièrement efficace! Mon Mr G. a les joues particulièrement rougies l'hiver (ses origines normandes, sans doute), et il est immédiatement soulagé avec elle.

Depuis qu'il ont vu une copine avec un dentifrice Lavera, les grands se sont convaincus eux-même qu'ils ne toucheraient plus à leur dentifrice habituel au goût de chewing-gum! L'étude citée plus haut à ébranlé les consciences même chez les enfants de 7 ans!

Le goût est tout aussi agréable, et le prix n'est qu'à peine plus élevé qu'un dentifrice "normal" (de toute façon les dentifrice c'est cher quoi qu'il en soit).
Et il ne manquerait plus qu'il n'y ait que les plus petits qui en profitent! Nous avons aussi testé la gamme "adulte" de Lavera, qui fait très bien son job, pas de paillettes dans la pâte, mais une impression d'avoir de la craie dans la bouche parfois...c'est ce qui prouve leur pouvoir abrasif, il faut croire.
J'ai été aussi agréablement surprise du dentifirice Weleda pour adultes, très agréable lui aussi (les loulous aiment moins la version enfant!)

D'une manière générale, nos produits de base se trouvent tous petit à petits remplacés par des équivalents bio...le liniment oléo-calcaire de Natessance est super (j'en ai parlé ici il y a longtemps), sinon celui de Bébé Lou est très bien  aussi et pas très cher.
Pour tout le monde, les gels douche Coslys en flacon-pompe  (indispensable pour éviter le vidage sous 3 jours de la bouteille par un individu de deux ans), sont top et ont une contenance tellement grande qu'ils nous font facile plusieurs mois (à 5, oui madame).
Je suis assez exigeante en matière de shampoing, surtout avec des cheveux colorés, je ne peux pas me permettre de prendre n'importe quoi. Et j'étais un peu lassée des produits qui se vantent de tant de vitamines, silicones, ou de pétrole, mais qui finissent par faire regraisser les cheveux à vitesse grand v.
Je suis passée depuis peu au shampoing cheveux colorés de Coslys et c'est vraiment magique, depuis, je les trouve beaucoup plus légers, plus sains, ils ne nécessitent plus d'êtres lavés sans arrêt et j'ai pu espacer les lavages d'un ou deux jours de plus. C'est sur ça mousse beaucoup moins, mais on dirait que les cheveux sont "sevrés" de la "junk food" contenue dans les produits trouvés dans le commerce. Pour être repassée à ceux-ci cet été faute de Biocoop dans le coin, j'ai bien vite vu la différence!

Et enfin le must pour moi, et toujours chez Coslys, la crème de jour à la rose...c'est bien simple, on a l'impression de s'enduire littéralement d'un nuage parfumé à la barbapapa, quelque chose comme ça...
C'est un vrai bonheur tant par sa texture super légère et pour son confort, toute catégorie confondues, bio ou pas, je n'ai jamais autant adoré une crème!
J'aime aussi beaucoup l'huile sèche scintillante de chez Acorelle, qui est top en fin de journée l'été ou pour briller pendant les fêtes..


Mamaimemoins

Pour l'instant je reste un peu moins convaincue par les crèmes solaires, qui restent encore un peu chères et laissent souvent un film blanc sur ma peau, qui vu ma carnation naturelle proche de l'endive, n'a pas besoin de ça.
Et les déodorants sont moins radicaux que les produits traditionnels avec 72h de protection (même sans se laver). Mais j'ai l'impression qu'au fil du temps, le corps se régule mieux et qu'ils gagnent en efficacité...à vérifier!

la plupart des produits sont trouvables sur www.mondebio.com, ou dans toute bonne Biocoop!


article pas du tout sponsorisé!

lundi 26 septembre 2016

Les ateliers d'éveil musical "Musique et farandoles"

Il y a quelques mois, j'ai pu découvrir avec Mr G les ateliers d'éveil musical de l'association "Musique et farandole". Si ce nom vous est peut-être encore inconnu, c'est que jusqu'ici, elle était connue sous le nom de "Musique buissonnière".
Après un changement de locaux et d'identité, cette structure rouvre ses portes vers Gazonfier, en privilégiant toujours un programme de découverte de la musique à destination des tout-petits.
Lors de notre atelier, qui avait alors lieu à la MJC Jacques Prévert (dont j'ai déjà dit du bien ici), nous avons pu profiter dans une salle agréable, en plein vieux Mans, de l'accueil de Florence avec un petit groupe de bébés de moins de 2 ans. Un autre groupe nous précédait, toujours de parents avec leurs enfants, d'une dizaine de duos.
Ici, nous avons pu avoir un cours presque particulier! Ce qui n'a pas empêché les petits d'avoir des échanges riches...
A deux ans et quelques mois, comme beaucoup de petits de son âge, Mr G est un très très grand amateur de musique en tout genre. De Prokofiev à Kiss, en passant par La  Femme ou Beyoncé, pour donner une idée assez large de ses goûts éclectiques. Qu'il entende une sonnerie de portable ou un jingle de pub, et il part dans un déhanché complètement dans le rythme, c'est aussi adorable que ça en a l'air.
J'ai donc senti que cet atelier pourrait convenir à son envie de bouger, puisque j'en avais déjà entendu parler par des amies, et en bien.
Florence nous accueille avec sa guitare, et nous permet de faire un petit tour de présentation, en chantant. Les minots n'étant pas encore trop loquaces, c'est donc aux mamans de faire l'introduction, sans s'être chauffé la voix avant, un samedi matin, ça aurait pu être assez peu écoutable, mais finalement, nous nous sommes prises au jeu.
Ensuite, nous avons pu chanter quelques classiques en duo avec l'animatrice, en faisant participer les petits grâce à des maracas ou autres percussions qui leur étaient prêtées pour rythmer les comptines. Ou bien des jolis rubans de couleur à agiter.
Pas besoin d'avoir fait le conservatoire, il s'agit de se faire plaisir et cela suscite assez bien l'attention des enfants pour les garder fascinés par ce qui se passait là.
Ils ont ensuite été amenés à découvrir des instruments traditionnels ou plus méconnus, comme la flute ou le cithare, qui peut se jouer en lançant des balles de ping pong sur les cordes! Grand succès auprès des minis!
Après environ 30 mn d'atelier, une dernière chanson pour se dire au revoir, et il est déjà temps de repartir.
Ce fut un joli moment très doux, très calin entre Mr G et moi, juste nous deux (ce qui est parfois rare, avec deux plus grands!).

En cette rentrée, sont proposés à l'année un atelier d'éveil musical (parents-enfants 0-4 ans, familles 0-8 ans, enfants-parents-grands-parents)
Pour les plus moins petits, le jardin musical 4-6 ans (de la moyenne section au CP) et enfin pour les  grands enfants et adultes, des cours de guitare "accompagner les chansons enfantines" dès 6 ans et pour adultes.

Ne tardez pas à vous inscrire!

Musique et farandoles
Salle Gazonfier, rue Marcel Proust, Le Mans
http://www.musique-et-farandoles.net/

lundi 27 juin 2016

La parade du Mans fait son cirque, version 2016

C'est un des temps forts de ce début d'été, et c'est d'autant plus précieux qu'il n'y en a plus qu'une tous les deux ans: la parade du festival Le Mans fait son cirque a eu lieu samedi soir, à la tombée de la nuit.
Un moment que nous ne ratons pour rien au monde (voir ici en 2011, c'était Zo la reporter) et encore moins cette année...puisque mon petit Boy et son papa y participaient! Faisant partie de l'atelier parent-enfant à la cité du cirque, ils ont eu droit à ce privilège cette année, un joli moment de complicité pour terminer en apothéose cette toute dernière année en duo.
J'ai été tellement heureuse et fière de voir mon petit acrobate, avec la banane, euphorisé par cette ambiance unique, je suis certaine que c'est une aventure qu'il gardera en mémoire toute sa vie...

Voici un petit aperçu de la fête (avec mon petit champignon!)

Photos non libres de droit, et merci Chab pour ta photo!



























lundi 2 mai 2016

Comment gagner des sous (sans faire beaucoup d'effort!)

Les temps sont durs, les fins de mois difficiles, bref, c'est la dèche. Et si comme moi, tu en as marre de manquer de sous, voici quelques bons plans pour ajouter un peu de beurre dans les épinards (même si je préfère la crème, personnellement).


Vendre ses habits

Le placard déborde, tu as perdu une taille (ça c'est plutôt bien), mais du coup besoin de refaire toute une garde-robe? J'ai la solution. J'ai testé le site Percentil, qui a bien réussi à se faire connaître à coup de pubs intempestives dans ma timeline facebook. Ici, le fonctionnement est à peu de choses près le même que pour les sites de type Patatam (dont j'ai déjà parlé ici), mais celui-ci, basé en Espagne, a le mérite de récupérer des vêtements adultes, ce qui est très rare, et enfants.
C'est ainsi que j'ai fait la demande de mon sac, gratuit, qui m'a été envoyé après quelques jours, et que j'ai fait ma première sélection de vêtements. Ici, pas de nombre minimum d'articles, mais il faut évidemment veiller à ne pas renvoyer de frusques trop fripées, de collections trop anciennes ou de marques de la grande distribution. Vous pouvez vous aider d'un petit outil qui permet d'évaluer à combien vous reviendra votre marchandise. Bon il ne faut pas se leurrer, vous ne deviendrez pas richissime avec des fringues d'occasion, puisqu'il faudra compter sur quelques centimes pour un t- shirt Promod, par exemple, ou jusqu'à une dizaine d'euros pour un top Naf Naf.
Sur un gros sac plein à ras bord, j'ai gagné une soixantaine d'euros. Presque la valeur d'un pantalon neuf, ce qui est un peu décourageant dit comme ça, mais c'est déjà pas mal. Attention, le reversement de vos gains prend pas mal de temps, compter plusieurs semaines.


Depuis quelques mois, je suis devenue une accro aux comptes de vide dressing sur Instagram, j'ai donc logiquement créé le mien. J'essaye de concentrer ces vide placards en images sur ce dernier, pour limiter au maximum les craquages, parce que au secours! Il y a beaucoup de très jolies choses, dont une grande proportion de comptes remplis de jolis vêtements de chez Bobo choses, allez savoir pourquoi, où l'ancien peut largement dépasser le prix du neuf (si vous voulez investir, laissez tomber la pierre, achetez du Bobo).
Mais parfois, on trouve des vendeuses vraiment honnêtes, avec des trouvailles qui sortent de l'ordinaire à prix réduits. On n'est pas sur une braderie non plus, n'espérez pas trouver grand chose à 1 ou 2 euros, mais c'est justement le lieu idéal pour ne pas avoir à trop solder des vêtements qui ont une certaine valeur.

Vendre ses livres

Au rayon étagères qui débordent, notre bibliothèque se pose bien là aussi. Depuis quelques années, j'ai pris le parti de mettre en vente mes bouquins en doubles, ou lus et oubliés depuis fort longtemps, sur le célèbre site Priceminister.
En entrant le numéro ISBN du livre, il est immédiatement mis en vente dans votre boutique personnelle, et il ne reste plus qu'à fixer son prix. Si le livre est en bon état, je réduis environ 30% de son prix, et je réussis à faire en moyenne une vente par semaine.

Depuis peu, une option de vente via le transporteur Mondial Relay permet de ne pas avancer les frais de port. Je préfère cette option là, puisque le montant de l'envoi par la poste est parfois plus élevé que le dédommagement prévu! Mais il faut encore trouver un point Mondial Relay disponible, entre ceux qui ferment à midi et ceux qui disparaissent du jour au lendemain...
Un service de retrait sur place est également possible.
J'avoue qu'en fin de mois, un petit virement de 15 ou 20€ est toujours le bienvenu.
Dans la même veine, Madame Poulatittude nous parlait il y a quelques jours de Momox, qui rachète vos bouquins sans rechigner, en lot comme chez Percentil. Là hop, on se débarrasse d'un coup de ce qui nous encombre, gain de place immédiat certes mais à moindre prix. Je n'ai pas encore testé la revente, mais à l'achat, c'est valable, le guide Gallimard à 5€, youpi!

Recevoir du cash

Une autre alternative pour gagner des sous, et là sans efforts aucun si ce n'est...en dépenser (gneu?) c'est iGraal. Sur les conseils de dame Poulat (encore elle), j'avais ouvert un compte chez eux, sans trop y croire. Au fil du temps, en plus de mon petit bonus d'inscription, les euros (les centimes parfois si c'est un petit achat), s'accumulaient jusqu'à atteindre une petite somme rondelette. A partir de 20€ il est possible de procéder à un virement (sur votre compte ou votre paypal).
Le widget étant directement intégré dans ma barre d'outil, il ne manque pas de me rappeler à l'ordre lorsque le site que je visite est éligible pour le cashback. De plus, les promos en cours sont regroupées sur l'onglet, pratique pour ne rien louper.
 Si vous souhaitez être parrainé, n'hésitez pas!


Article même pas sponsorisé!


vendredi 29 avril 2016

Un petit week-end autour de Pornic

Toute sarthoise que je suis depuis 5 ans, je n'ai pas encore fini d'explorer notre région (les Pays de la Loire pour ceux qui ont raté leurs cours de géo). Or, il semblerait que la destination favorite des gens d'ici est bien Pornic. A 2h30 du Mans, en ligne droite vers l'Atlantique, après avoir traversé Angers et Nantes, les plages les plus proches sont ici, sur la côte de Jade.
Mais comme c'était un peu trop simple comme ça, nous avons décidé de découvrir le coin pour conclure une semaine de vacances dans le Morbihan, afin de longer la côte, encore un peu plus au sud cette fois!


Un peu comme à la maison

Nous déposons nos valises à Préfailles, dans un gîte plutôt récent, mais au style reproduisant celui des maisons anciennes de bord de mer. Au milieu de constructions contemporaines, celle-ci se démarque joliment. La déco mêlant coloris pastels, sols en béton ciré et petites touches vintage correspond bien à ce que nous recherchons dans les locations de vacances. De l'authenticité sans verser dans le folklore, du moderne sans kitsheries, avec de l'espace pour ne pas se marcher sur les pieds et tout le confort moderne, comme il se doit! Ici, rien ne manque, (même un sèche-linge, et une BOUILLOIRE!). Les kids ont juste été déçus de ne pas nous piquer notre lit "de grands", qui se trouvait à l'étage, dans une chambre très agréable dotée d'un espace salle de bain vitrifié pour le moins original, et d'un balcon duquel on pouvait voir la mer...mais justement, les petits trépignant d'impatience, il était temps d'aller la voir, la mer...

En balade sur le sentier des douaniers

L'appel des vagues était trop fort, nous avons donc mis les voiles vers Pornic où après une première tentative de départ du château (qui ne se visite pas, vous êtes prévenus), et où ma poussette a cru mourir d'angoisse le long de la petite corniche menant vers le vieux port et face à une foule de samedi après-midi digne d'un couloir de métro, nous sommes remontés vers le parc de Gourmalon pour une petite promenade le nez au vent (et au soleil! en avril, si, si!) le long du sentier des douaniers. La solidité des petites jambes des 3 kids étant ce qu'elle est, nous n'avons fait qu'une toute petite partie de cette balade, mais elle peut vous mener jusqu'à la plage de la Boutinardière. Mais nous avons pu flâner en choisissant une belle maison (pour plus tard), face à la mer, de préférence, et les grands ont pu crapahuter entre les rochers et pêcher des os de seiches.
Moi je n'en menais pas large, il faut vraiment quelqu'un pour les accompagner, sinon la côte est plutôt dangereuse, et les falaises, c'est haut. Mais le chemin reste assez facilement pratiquable avec une poussette, même un modèle "pas du tout sport" comme la mienne. Sinon, longez la piste cyclable le long de la route, mais c'est quand même moins joli!
Là, le panorama en vaut la chandelle, puisqu'on trouve les fameuses pêcheries, sortes de cabanes sur pilotis très haut perchées (c'est tentant, mais non on ne rentre pas dedans non plus!). Après cette promenade, une petite pause s'impose sur la plage de la Source, en face du centre de Thalasso, où les kids ont vite trouvé des copains avec qui tremper le bout de leurs pieds!


Table avec vue

19h, l'heure des enfants qui couinent et pour cause: ils ont faim. C'est ainsi que nous nous dirigeons vers le Café du Port, le bien nommé, qui bénéficie d'une jolie vue puisqu'il se situe juste en face du...port de pêche de Pornic. De là, nous avons pu profiter d'un coucher de soleil digne de Miami, après cette journée radieuse. Ici, l'accueil est aux petits soins, malgré la crise inopinée d'un Mr G. épuisé (il était 19h10, forcément...). Et hop, la touillette magique qui calme les pleurs! bravo aux serveurs, ils ont tout compris!
La commande des enfants est prise tout de suite, et nous sommes servis très rapidement, fort heureusement...au menu, les traditionnels steak ou nuggets frites, mais l'alternative pizza, que l'on trouve de plus en plus dans les restaurants, est bienvenue.
Pour les parents, la carte propose des pizzas, donc, ou une cuisine un peu plus travaillée...peu affamée ce soir là, je me suis laissée tenter par l'assiette des indécis, une idée plutôt maline, puisqu'elle se compose d'une sélection de plusieurs entrées...et c'est amplement suffisant!
Un foie gras goûteux, une île flottante au saumon surprenante, des toasts au chèvre chaud pour parfaire le tout, bon et joli dans l'assiette. Mon dessert, un macaron aux framboises, tient lui aussi ses promesses!
Une bonne adresse, où les enfants sont bien accueillis, c'est suffisamment rare pour être souligné!





Sémaphore ou phare?

Après une agréable nuit aux Pierres de Jade, et un petit déj aux petits beurres (évidemment), nous partons explorer la pointe St Gildas, un des sites les plus fréquentés de la côte.
D'ici, le panorama sur la baie de Bourgneuf et l'estuaire de la Loire est impressionnant. En regardant bien, on distingue même le pont de St Nazaire que l'on a emprunté pour arriver là.
Des bunkers, vestiges de la seconde guerre mondiale, rappellent les plages de Normandie qui me sont si familières...Après avoir fait un petit coucou aux moutons d'Ouessant, nous nous dirigeons vers le Sémaphore pour une visite guidée. C'est l'occasion pour moi de découvrir un monde méconnu et passionnant, le fonctionnement des sémaphores et la vie des gardiens de phares...une vocation pour qui aime la solitude...et le ménage! Je n'en ai pas raté une miette, mais la visite de 45 mn n'est pas forcément adaptée aux plus jeunes (la récompense-la montée en haut du sémaphore-n'arrivant qu'à la fin), même si ma grande de 8 ans a finalement bien suivi tout en jouant sur les bornes multimédia mises à disposition des plus jeunes, avec des jeux adaptés pour eux, et une table de dessin pour les plus petits. Un bon point pour eux si vous choisissez cette présentation. Sinon, un carnet du "jeune explorateur" est disponible pour les 6-12 ans, où une chasse aux indices donnera droit à une récompense à la fin de la visite.
Et alors la différence entre un sémaphore ou un phare me direz-vous? le sémaphore sert à communiquer des signaux, alors que le phare sert de point de repère!

Pour finir en beauté, nous avons pu profiter du premier pique-nique de l'année, les pieds dans un sable d'une couleur orangée incroyable, sur la plage de Port Meleu. 


Merci à Loire Atlantique développement qui nous a permis de profiter de ce trop court week-end, mais qui nous a donné envie d'en voir plus!

Pour plus d'infos:

www.tourisme-loireatlantique.com

Préfailles:

La Pierre de Jade, 4 rue de la Pierre, 06 23 23 81 56 (site web)
Sémaphore de la Pointe Saint-Gildas, rue du Sémaphore, 02 40 21 01 21 (site web)

 Pornic: 

Office du Tourisme, Place de la Gare, http://www.ot-pornic.fr/
Le Café du Port, Pont du Huit Mai 1945, 02 40 82 01 98 http://www.cafeduport-pornic.fr/

vendredi 22 avril 2016

Comment j'ai (re)commencé le sport

Le sport et moi, de notoriété publique ça fait deux. Voir plus. C'est pourquoi l'article que j'écris en ce moment aurait été de l'ordre de la fiction il y a quelques mois encore.
C'est en février dernier, alors que la saison fraiche et les raclettes commençaient à être derrière nous, que j'ai décidé de mettre un grand coup de pied dans...le gras et que j'ai fait mon 1er "run" (ouais on dit comme ça nous, "course" ça fait trop Hunaudières tu vois...) avec ma coach de soeur. Manque de bol, les 6000 km qui nous séparent vont limiter un peu nos entraînements à deux, mais c'était une 1ère plutôt réussie.
J'ai du pour l'occasion ressortir les basquettes qui jusque là ne servaient qu'à faire mes travaux, pour un premier petit tour de 45 mn, où nous avons bravement affronté les 6 km du circuit qui va devenir
un de mes parcours réguliers. En se calant sur mon rythme, c'est à dire à peu près 5 mn de course, voir moins et 1 mn de récup, j'ai pu tenir le coup de cette première mise en jambes malgré mon inexpérience totale. Car je n'ai littéralement pas couru plus de 5 secondes depuis...le CM2? Vraiment. A par courir après un bus ou un enfant, nada, le néant, rien. La soeurette, elle, part faire des trecks dans le Machu Picchu et vient de faire le marathon de Montréal. Autant dire qu'elle a eu le temps de regarder le paysage. Mais en ménageant des pauses pour reprendre mon souffle (et quand on discute, c'est nécessaire), je pense avoir réussi à ne pas trop me faire de mal...si on oublie les courbatures monstrueuses pendant les 48h qui ont suivi, qui étaient à mettre sur le compte du manque d'étirements à la fin de la séance.
Depuis, j'ai ressorti mon beau jogging quasiment toutes les semaines, en profitant de dimanches ensoleillés pour aller transpirer un peu. J'ai essayé de courir toute seule, c'est moins sympa, mais j'ai opté pour le portable branché sur Deezer afin de m'imposer un rythme et aussi de m'empêcher de m'entendre souffler (ça m'insupporte, je suis la seule ou quoi?). L'option running avec un enfant qui fait son tour en vélo à côté est chouette aussi!
Une salle de sport plutôt sympa
Et comme l'autocongratulation ne me suffit plus, j'ai aussi téléchargé une application (Runtastic, pour ne pas la citer) qui mesure mes performances. Il en existe un tas, gratuites pour la plupart, les options supplémentaires étant payantes, où j'ai au moins accès à un chrono et à un calculateur de distance. C'est un peu plus motivant et cela permet de comparer avec les sessions précédentes.

Mais après seulement 3 ou 4 virées, c'est la consternation: ce qui me semblait être une grosse crampe à la fin d'une session s'est avéré être une blessure articulaire pas bien grave, mais qui m'a obligée à éviter les chocs sur mon petit pied pendant 3 semaines...De quoi arrêter cette magnifique progression en plein vol..et bien non. Une fois la douleur passée, je m'y suis remise tranquillement, avec 15 mn de course d'abord, puis 20, puis 40...Je fais beaucoup plus attention à mes étirements avant et après, et à boire (de l'eau) suffisamment.

S'impose également la question du look. Si pour l'instant je n'ai pas encore totalement investi dans une panoplie intégrale du joggeur (les petits ensembles en molleton sont passés de mode, il semblerait, c'est dommage), j'ai attendu quelques semaines d'être certaine que ce n'était pas qu'une lubie pour renouveller ma garde robe.
c'est non
Pour l'instant mes chaussures sont celles du début, j'ai déjà du mal à trouver des chaussures de ville qui me plaisent alors pour les baskets ça risque de me prendre plusieurs mois...mon souci principal étant que je DETESTE le fluo! Appelez-ça néon si vous voulez, mais non quoi!!
Donc je garde mes ribouk, et lorsque j'aurai quelques sous je les placerai peut-être dans des godasses un peu plus adaptées. Celles-ci me conviennent bien pour l'instant.
J'ai aussi trouvé un legging 3/4 chez Decathlon, plutôt sobre et là encore la dictature du fluoche a failli rendre ma mission impossible, d'autant que sous prétexte d'utiliser des matières techniques certaines marques (suédoises entre autres), font vraiment grimper les prix (plus de 30€ pour un vêtement de sport, pour l'instant c'est non pour moi).
Le bas est important, puisque mes pantalons de yoga avaient une fâcheuse tendance à ne pas tenir en place donc bien choisir un modèle avec un lien de serrage à la taille.
En haut l'indispensable sportsbra est plus que conseillé (j'ai trouve le mien chez Hema), et pour l'instant un t shirt basique et un sweat font l'affaire, on verra les soldes pour cet été.

le jogging, c'était mieux avant
Aujourd'hui les bénéfices se font sentir. Après avoir perdu pas mal de poids l'été dernier, il manquait encore l'option raffermissement. C'est en cours, même si pas encore très flagrant, c'est ce qu'il manquait pour que ma courbe de poids redescende encore un peu, alors qu'elle avait tendance à stagner depuis plusieurs mois. Même si j'ai de sérieux problèmes d'addiction au chocolat qui ne viennent pas arranger tout ça.

Moi qui m'essoufflait après avoir monté une volée de marche, c'est mieux aussi. Je me sens d'une manière générale plus en forme, moins fatiguée...et plus tonique (même si ça pouvait pas être pire qu'avant).
Et puis je n'en suis pas encore à me dire que j'adore ça, soyons honnêtes, j'ai du mal à tenir sur la longueur, je fais encore moult pauses et je rentre exténuée. Mais je n'ai plus de courbatures, je me remets beaucoup plus vite et...petit à petit ça me semble beaucoup moins difficile.
La partie que je préfère restant qu'avec assez peu de moyens (les chaussures, en gros), et sans se bloquer de créneaux trop longs (les trajets de 20 mn pour aller a la piscine c'est déjà en trop sur une journée), je peux m'arroger 30 à 45 mn de sport gratuitement. Et avec une copine c'est encore mieux.
En vacances aussi, hop baskets dans le coffre, et c'est super pour voir la région autrement, et respirer un peu...et accessoirement sans enfants.
30 mn à l'air libre et en augmentant son espérance de vie...c'est tout bénéf, non?